Category: Bienvenue à tous! Akwaba…! Byen vini tout moun! Benvenuti a tutti!

Dieu avec nous

Par , 22 décembre 2018

« Dieu avec nous »

yohann-leroux-facebookUnknownC’est avec joie que je vous souhaite, au nom de toute l’équipe du personnel de la paroisse, un très beau temps de Noël et une belle année remplie de Dieu, afin que tous vos rêves puissent se réaliser! Que cet enfant, Sauveur nouveau-né, prenne chair en vous et vous rassure; puisse-t-il vous pacifier, vous inspirer et vous guider durant cette Nouvelle Année.

Yohann Leroux, prêtre curé

Adoration mensuelle dimanche 24 février 2019

Par , 22 décembre 2018

Adoration mensuelle

Unknown-1Dimanche 24 février 2019,  après la messe de 11 h, le Saint Sacrement sera exposé pour ceux qui désirent rester, en silence, devant le Seigneur.

Père Yohann sera libre pour célébrer le sacrement du Pardon, durant ce moment.

 

Formation sur le Credo samedi 9 février 2019 de 14h à 15h30

Par , 22 décembre 2018

Formation sur le Credo

Catéchèse samedi le 30 janvier 2016

Une formation sera offerte, par Père Yohann, samedi 9 février 2019 de 14 h à 15 h 30, pour les catéchètes et pour tous ceux désireux de raviver leur vie spirituelle, en réfléchissant, ensemble, sur le Credo.

Soyez bienvenus!

Vitraux-installés-avril-2012-petite-version

Festivités « patronales » du samedi 26 janvier et du dimanche 27 janvier 2019

Par , 22 décembre 2018

FESTIVITÉS PATRONALES

Fête de sainte Angèle samedi 26 janvier 2019

UnknownLe banquet et la fête de sainte Angèle auront lieu samedi 26 janvier 2019 à 17 h 30. Les billets, au coût de 40 $ par adulte et de 25 $ pour les moins de 12 ans, sont déjà en vente, au presbytère ou auprès de Maria Pia De Luca au 514 323-9092.

Buffet multiculturel dimanche 27 janvier 2019

Buffet multiculturelDimanche 27 janvier 2019, il y aura une seule messe bilingue à 10h. Suite à cette messe, vous êtes invités à un buffet-partage et à une exposition multiculturelle dans la salle paroissiale!

Message pour la Journée mondiale de la paix : le Pape interpelle les politiques

Par , 20 décembre 2018

Message pour la Journée mondiale de la paix : le Pape interpelle les politiques

 Référence: https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2018-12/message-journee-mondiale-de-la-paix.html

PapeLe Message du Pape pour la Journée mondiale de la Paix, qui sera célébrée le 1er janvier 2019, a été rendu public ce mardi 19 décembre. Dans ce texte intitulé “La bonne politique est au service de la paix”, le Pape interpelle les responsables politiques quant à leur mission au service de la Maison commune.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

Dans l’Évangile de Luc, Jésus dit à ses disciples: «Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord: ‘‘Paix à cette maison’’. S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui; sinon, elle reviendra vers vous». C’est avec cette accroche que le Pape développe sa réflexion pour cette Journée mondiale de la Paix qui ouvre l’année nouvelle. François suit une tradition instituée par saint Paul VI en 1968, qui avait voulu faire coïncider cette Journée mondiale de la Paix avec la Fête de Sainte-Marie Mère de Dieu, le 1er janvier.

«La ‘‘maison’’ dont parle Jésus, c’est chaque famille, chaque communauté, chaque pays, chaque continent, dans sa particularité et dans son histoire; c’est avant tout chaque personne, sans distinctions ni discriminations, explique le Pape dans ce Message. C’est aussi notre ‘‘maison commune’’: la planète où Dieu nous a mis pour y vivre et dont nous sommes appelés à prendre soin avec sollicitude.C’est donc également mon vœu au début de l’année nouvelle: ‘‘Paix à cette maison!’’».

La paix est une “fleur fragile”

François développe ensuite une réflexion tournée vers les décideurs politiques, en rappelant que «la paix est comme l’espérance dont parle le poète Charles Péguy» dans Le Porche du mystère de la deuxième vertu.

«Elle est comme une fleur fragile qui cherche à s’épanouir au milieu des pierres de la violence».Le Pape rappelle avec réalisme l’écueil fréquemment atteint par les responsables politiques:  «la recherche du pouvoir à tout prix porte à des abus et à des injustices. La politique est un moyen fondamental pour promouvoir la citoyenneté et les projets de l’homme, mais quand elle n’est pas vécue comme un service à la collectivité humaine par ceux qui l’exercent, elle peut devenir un instrument d’oppression, de marginalisation, voire de destruction».

Mais au contraire, «accomplie dans le respect fondamental de la vie, de la liberté et de la dignité des personnes, la politique peut devenir vraiment une forme éminente de charité»,précise François en reprenant une réflexion développée par son prédécesseur Benoît XVI dans son encyclique de 2009, Caritas in Veritate«Tout chrétien est appelé à vivre cette charité, selon sa vocation et selon ses possibilités d’influence au service de la pólis. […] L’engagement pour le bien commun, quand la charité l’anime, a une valeur supérieure à celle de l’engagement purement séculier et politique […] Quand elle est inspirée et animée par la charité, l’action de l’homme contribue à l’édification de cette cité de Dieu universelle vers laquelle avance l’histoire de la famille humaine.»

Un programme qui ne dépend pas de l’appartenance religieuse

Pour François, il s’agit ici d’un «programme dans lequel peuvent se retrouver tous les politiciens, de n’importe quelle appartenance culturelle ou religieuse, qui souhaitent œuvrer ensemble pour le bien de la famille humaine, en pratiquant ces vertus humaines qui sous-tendent le bon agir politique: la justice, l’équité, le respect réciproque, la sincérité, l’honnêteté, la fidélité».

Le Pape reprend aussi les ‘‘béatitudes du politique’’, proposées par le cardinal vietnamien François-Xavier Nguyen Van Thuan, décédé en 2002 et dont le procès en béatification est en cours:

«Heureux le politicien qui a une haute idée et une profonde conscience de son rôle.

Heureux le politicien dont la personne reflète la crédibilité.

Heureux le politicien qui travaille pour le bien commun et non pour son propre intérêt.

Heureux le politicien qui reste fidèlement cohérent.

Heureux le politicien qui réalise l’unité.

Heureux le politicien qui s’engage dans la réalisation d’un changement radical.

Heureux le politicien qui sait écouter.

Heureux le politicien qui n’a pas peur.»

Dans cette optique, «chaque renouvellement des fonctions électives, chaque échéance électorale, chaque étape de la vie publique constitue une occasion pour retourner à la source et aux repères qui inspirent la justice et le droit», et donc pour développer une politique qui soit au service de la paix, explique François.

Les vices de l’action politique

Malheureusement, de nombreux vices portent atteinte à cet objectif qui devrait pourtant être évident en universel: «la corruption – sous ses multiples formes d’appropriation indue des biens publics ou d’instrumentalisation des personnes –, la négation du droit, le non-respect des règles communautaires, l’enrichissement illégal, la justification du pouvoir par la force ou par le prétexte arbitraire de la ‘‘raison d’État’’, la tendance à s’accrocher au pouvoir, la xénophobie et le racisme, le refus de prendre soin de la Terre, l’exploitation illimitée des ressources naturelles en raison du profit immédiat, le mépris de ceux qui ont été contraints à l’exil», avertit le Pape.

Plutôt que de chercher à satisfaire les intérêts de certaines catégories, les politiques doivent donc chercher à servir le bien commun, notamment en tendant la main aux jeunes afin de construire les bases de l’avenir. «La vie politique authentique, qui se fonde sur le droit et sur un dialogue loyal entre les personnes, se renouvelle avec la conviction que chaque femme, chaque homme et chaque génération portent en eux une promesse qui peut libérer de nouvelles énergies relationnelles, intellectuelles, culturelles et spirituelles», insiste François, tout en reconnaissant que le contexte actuel est éloigné de cet objectif. «Nous vivons ces temps-ci dans un climat de méfiance qui s’enracine dans la peur de l’autre ou de l’étranger, dans l’angoisse de perdre ses propres avantages, et qui se manifeste malheureusement aussi, au niveau politique, par des attitudes de fermeture ou des nationalismes qui remettent en cause cette fraternité dont notre monde globalisé a tant besoin», s’alarme le Pape, qui espère voir émerger plus d’artisans de paix dans la société.

Refuser la guerre et la violence

«Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, alors que nous nous souvenons des jeunes tombés durant ces combats et des populations civiles lacérées, aujourd’hui plus qu’hier nous connaissons la terrible leçon des guerres fratricides, à savoir que la paix ne peut jamais être réduite au seul équilibre des forces et de la peur. Maintenir l’autre sous la menace veut dire le réduire à l’état d’objet et en nier la dignité», avertit le Pape, qui dénonce une nouvelle fois la course aux armements et les discours agressifs sur les migrants: «l’escalade en termes d’intimidation et la prolifération incontrôlée des armes sont contraires à la morale ainsi qu’à la recherche d’une vraie concorde. La terreur exercée sur les personnes les plus vulnérables contribue à l’exil d’entières populations en quête d’une terre de paix. Les discours politiques qui tendent à accuser les migrants de tous les maux et à priver les pauvres de l’espérance ne sont pas justifiables.»

Le Pape invite notamment à prêter une attention particulière à la situation des enfants: «Dans le monde, un enfant sur six est touché par la violence de la guerre ou par ses conséquences, quand il n’est pas enrôlé pour devenir lui-même soldat ou otage de groupes armés. Le témoignage de ceux qui œuvrent pour défendre la dignité et le respect des enfants n’en est que plus précieux pour l’avenir de l’humanité».

Relier la paix intérieure et l’action politique

Revenant sur le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, François rappelle que la paix «est le fruit d’un grand projet politique qui se fonde sur la responsabilité réciproque et sur l’interdépendance des êtres humains. Mais elle est aussi un défi qui demande à être accueilli jour après jour. La paix est une conversion du cœur et de l’âme», explique le Pape, en invitant à relier «trois dimensions indissociables de cette paix intérieure et communautaire»:

-  La paix avec soi-même, en refusant l’intransigeance, la colère et l’impatience et, comme le conseillait saint François de Sales, en exerçant ‘‘un peu de douceur avec soi-même’’, afin d’offrir ‘‘un peu de douceur aux autres’’;

-  La paix avec l’autre: le proche, l’ami, l’étranger, le pauvre, le souffrant…; en osant la rencontre et en écoutant le message qu’elle porte avec elle;

-  La paix avec la création, en redécouvrant la grandeur du don de Dieu, et la part de responsabilité qui revient à chacun d’entre nous, en tant qu’habitant du monde, citoyen et acteur de l’avenir

«La ‘‘maison’’ dont parle Jésus, c’est chaque famille, chaque communauté, chaque pays, chaque continent, dans sa particularité et dans son histoire; c’est avant tout chaque personne, sans distinctions ni discriminations, explique le Pape dans ce Message. C’est aussi notre ‘‘maison commune’’: la planète où Dieu nous a mis pour y vivre et dont nous sommes appelés à prendre soin avec sollicitude.C’est donc également mon vœu au début de l’année nouvelle: ‘‘Paix à cette maison!’’».

La paix est une “fleur fragile”

François développe ensuite une réflexion tournée vers les décideurs politiques, en rappelant que «la paix est comme l’espérance dont parle le poète Charles Péguy» dans Le Porche du mystère de la deuxième vertu.  

«Elle est comme une fleur fragile qui cherche à s’épanouir au milieu des pierres de la violence».Le Pape rappelle avec réalisme l’écueil fréquemment atteint par les responsables politiques:  «la recherche du pouvoir à tout prix porte à des abus et à des injustices. La politique est un moyen fondamental pour promouvoir la citoyenneté et les projets de l’homme, mais quand elle n’est pas vécue comme un service à la collectivité humaine par ceux qui l’exercent, elle peut devenir un instrument d’oppression, de marginalisation, voire de destruction».

Mais au contraire, «accomplie dans le respect fondamental de la vie, de la liberté et de la dignité des personnes, la politique peut devenir vraiment une forme éminente de charité»,précise François en reprenant une réflexion développée par son prédécesseur Benoît XVI dans son encyclique de 2009, Caritas in Veritate. «Tout chrétien est appelé à vivre cette charité, selon sa vocation et selon ses possibilités d’influence au service de la pólis. […] L’engagement pour le bien commun, quand la charité l’anime, a une valeur supérieure à celle de l’engagement purement séculier et politique […] Quand elle est inspirée et animée par la charité, l’action de l’homme contribue à l’édification de cette cité de Dieu universelle vers laquelle avance l’histoire de la famille humaine.»

Un programme qui ne dépend pas de l’appartenance religieuse

Pour François, il s’agit ici d’un «programme dans lequel peuvent se retrouver tous les politiciens, de n’importe quelle appartenance culturelle ou religieuse, qui souhaitent œuvrer ensemble pour le bien de la famille humaine, en pratiquant ces vertus humaines qui sous-tendent le bon agir politique: la justice, l’équité, le respect réciproque, la sincérité, l’honnêteté, la fidélité».

Le Pape reprend aussi les ‘‘béatitudes du politique’’, proposées par le cardinal vietnamien François-Xavier Nguyen Van Thuan, décédé en 2002 et dont le procès en béatification est en cours:

«Heureux le politicien qui a une haute idée et une profonde conscience de son rôle.

Heureux le politicien dont la personne reflète la crédibilité.

Heureux le politicien qui travaille pour le bien commun et non pour son propre intérêt.

Heureux le politicien qui reste fidèlement cohérent.

Heureux le politicien qui réalise l’unité.

Heureux le politicien qui s’engage dans la réalisation d’un changement radical.

Heureux le politicien qui sait écouter.

Heureux le politicien qui n’a pas peur.»

Dans cette optique, «chaque renouvellement des fonctions électives, chaque échéance électorale, chaque étape de la vie publique constitue une occasion pour retourner à la source et aux repères qui inspirent la justice et le droit», et donc pour développer une politique qui soit au service de la paix, explique François.

Les vices de l’action politique

Malheureusement, de nombreux vices portent atteinte à cet objectif qui devrait pourtant être évident en universel: «la corruption – sous ses multiples formes d’appropriation indue des biens publics ou d’instrumentalisation des personnes –, la négation du droit, le non-respect des règles communautaires, l’enrichissement illégal, la justification du pouvoir par la force ou par le prétexte arbitraire de la ‘‘raison d’État’’, la tendance à s’accrocher au pouvoir, la xénophobie et le racisme, le refus de prendre soin de la Terre, l’exploitation illimitée des ressources naturelles en raison du profit immédiat, le mépris de ceux qui ont été contraints à l’exil», avertit le Pape.

Plutôt que de chercher à satisfaire les intérêts de certaines catégories, les politiques doivent donc chercher à servir le bien commun, notamment en tendant la main aux jeunes afin de construire les bases de l’avenir. «La vie politique authentique, qui se fonde sur le droit et sur un dialogue loyal entre les personnes, se renouvelle avec la conviction que chaque femme, chaque homme et chaque génération portent en eux une promesse qui peut libérer de nouvelles énergies relationnelles, intellectuelles, culturelles et spirituelles», insiste François, tout en reconnaissant que le contexte actuel est éloigné de cet objectif. «Nous vivons ces temps-ci dans un climat de méfiance qui s’enracine dans la peur de l’autre ou de l’étranger, dans l’angoisse de perdre ses propres avantages, et qui se manifeste malheureusement aussi, au niveau politique, par des attitudes de fermeture ou des nationalismes qui remettent en cause cette fraternité dont notre monde globalisé a tant besoin», s’alarme le Pape, qui espère voir émerger plus d’artisans de paix dans la société.

Refuser la guerre et la violence

«Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, alors que nous nous souvenons des jeunes tombés durant ces combats et des populations civiles lacérées, aujourd’hui plus qu’hier nous connaissons la terrible leçon des guerres fratricides, à savoir que la paix ne peut jamais être réduite au seul équilibre des forces et de la peur. Maintenir l’autre sous la menace veut dire le réduire à l’état d’objet et en nier la dignité», avertit le Pape, qui dénonce une nouvelle fois la course aux armements et les discours agressifs sur les migrants: «l’escalade en termes d’intimidation et la prolifération incontrôlée des armes sont contraires à la morale ainsi qu’à la recherche d’une vraie concorde. La terreur exercée sur les personnes les plus vulnérables contribue à l’exil d’entières populations en quête d’une terre de paix. Les discours politiques qui tendent à accuser les migrants de tous les maux et à priver les pauvres de l’espérance ne sont pas justifiables.»

Le Pape invite notamment à prêter une attention particulière à la situation des enfants: «Dans le monde, un enfant sur six est touché par la violence de la guerre ou par ses conséquences, quand il n’est pas enrôlé pour devenir lui-même soldat ou otage de groupes armés. Le témoignage de ceux qui œuvrent pour défendre la dignité et le respect des enfants n’en est que plus précieux pour l’avenir de l’humanité».

Relier la paix intérieure et l’action politique

Revenant sur le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, François rappelle que la paix «est le fruit d’un grand projet politique qui se fonde sur la responsabilité réciproque et sur l’interdépendance des êtres humains. Mais elle est aussi un défi qui demande à être accueilli jour après jour. La paix est une conversion du cœur et de l’âme», explique le Pape, en invitant à relier «trois dimensions indissociables de cette paix intérieure et communautaire»:

-  La paix avec soi-même, en refusant l’intransigeance, la colère et l’impatience et, comme le conseillait saint François de Sales, en exerçant ‘‘un peu de douceur avec soi-même’’, afin d’offrir ‘‘un peu de douceur aux autres’’;

-  La paix avec l’autre: le proche, l’ami, l’étranger, le pauvre, le souffrant…; en osant la rencontre et en écoutant le message qu’elle porte avec elle;

-  La paix avec la création, en redécouvrant la grandeur du don de Dieu, et la part de responsabilité qui revient à chacun d’entre nous, en tant qu’habitant du monde, citoyen et acteur de l’avenir.

 

 

 

 

 

 

Horaire des célébrations pour le temps de Noël

Par , 15 décembre 2018

 

Noël nativitéHoraire des célébrations liturgiques pour le temps de Noël

Lundi 24 décembre 2018

20h: Messe de la veillée de Noël, animée par les enfants

22h : Messe bilingue de la veillée de Noël

 

Mardi 25 décembre 2018    jour de Noël

9h: Messe en italien

11h: Messe en français

 

Mardi 1er janvier 2019   Sainte Marie Mère de Dieu

9h: Messe en italien

11h: Messe en français

 

À noter qu’il n’y aura PAS de messe les mercredis 26 décembre 2018 et 2 janvier 2019

Le nouveau « Notre-Père »

Par , 1 décembre 2018

Nouvelle version du Notre Père récitée à compter du 3 décembre 2017

Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, [Jusqu’au 3 décembre 2017 : « Et ne nous soumets pas à la tentation »]
mais délivre-nous du Mal.

 

 

 

Et nous qui espérions…Samedi 15 décembre 2018 9h30 à 16h

Par , 20 novembre 2018

Ressourcement pour personnes séparées/divorcées.

Samedi 15 décembre 2018

9h30 à16h

Ajouter au Calendrier

Église Saint-Ambroise

1215 Rue Beaubien Est

Montréal, QC H2S 1T8

Afficher la carte

 

« Et nous Qui espérions »

6f0556d9-3fd3-4303-a2a7-b6d0c562d9e0

Le jour de son mariage, chacun s’engage et souhaite de tout son cœur passer le reste de son existence en compagnie de celui ou celle qu’il aime le plus au monde.

b87f0763-4934-4ce1-bc4b-4c8951d400f3Pourtant, il arrive que ce grand rêve ne se réalise pas comme on l’aurait espéré. Bien que le mariage soit le signe que Dieu a imaginé pour faire connaître son Amour au monde, les personnes qui ont connu la blessure de la séparation ou du divorce font toujours partie de son grand Projet de faire découvrir cet Amour à ceux et celles qu’Il a créés.

La journée de ressourcement Et nous qui espérions… reprend l’histoire des disciples d’Emmaüs pour réfléchir à la manière dont les personnes séparées ou divorcées peuvent ressentir tour à tour les mêmes émotions que ces disciples : déception et profonde tristesse, incompréhension, solitude, mais aussi découverte de ce qu’ils n’auraient jamais 7994eacd-2fef-4d36-ae5a-e4e54a963a62osé espérer et enthousiasme de repartir en mission.

Avec la participation de Mgr Christian Lépine. Journée gratuite (10$ pour le dîner, facultatif). 

Pour plus d’information ou pour s’inscrire : https://www.eventbrite.ca/e/billets-et-nous-qui-esperions-51717029026

 

Rencontre avec le groupe de parents d’ados: vendredi 30 novembre, 19h

Par , 10 novembre 2018

Parents et adosRencontre avec le groupe de parents d’adolescents autour de la thématique : Comment parler et vivre notre vie au quotidien au sein de la famille. Soyez les bienvenus. Venez-vous renseigner, partager et prier.

Vendredi 30 novembre 2018, 19h 

Formation Credo samedi 15 décembre 2018 de 14h à 15h30

Par , 10 novembre 2018

Formation Credo

Vitraux-installés-avril-2012-petite-versionSamedi 15 décembre 2018 de 14h à 15h30.

Formation offerte par notre curé Yohann, aux catéchètes et à tous ceux qui désirent raviver leur vie spirituelle, en réfléchissant, ensemble, sur le CREDO.

 

 

 

 

Panorama Theme by Themocracy