Une église à Sainte-Angèle – Un seul Seigneur… Una sola Fede…

 

Une église à Sainte-AngèlePremière messe en 1964

 

La paroisse Sainte-Angèle fût érigée canoniquement le 22 juin 1962.   Cependant, il a fallu attendre six ans pour que les paroissiens puissent enfin se réunir dans leur église. Dès 1963, on bénissait le terrain où allait se construire une des premières églises à vocations diverses au diocèse de Montréal: lieu de culte, salle de concert et centre communautaire.

Parmi les 525 familles francophones et italophones qui formaient la communauté ecclésiale, on en avait trouvées suffisamment qui avaient accepté de prêter chacune mille dollars, afin de construire cette église de 740 places, église dont son curé fondateur, M. l’abbé Fernand Bélanger fut très fier. Ce prêt, sans intérêt, fut remboursé au fur et à mesure des possibilités de la fabrique, en tirant au sort, ceux que l’on rembourserait. Le tout fut payé en quinze ans.

Le 9 juin 1968 est posée la pierre angulaire par Mgr Valérien Bélanger. Les messes, ce jour-là, exceptionnellement, sont célébrées dans l’église en construction. Le 13 octobre, une semaine avant la bénédiction de l’église par l’archevêque de l’époque, son excellence Mgr Paul Grégoire, on pose la pierre d’autel et on y célèbre la première messe dans ce lieu officiellement ouvert au culte.

Ci-haut: Photo: première messe sur le terrain de l’église en 1964.

CHRONIQUE DU CINQUANTIÈME ( Photo de l’église, à ses débuts, en 1968)

 

Le 9 juin 1968 marquait le début d’une série d’événements culturels qui ont animé la communauté de Sainte-Angèle, un spectacle interprété par le chansonnier Georges Dor.

En effet notre église à l’origine a été conçue comme un centre communautaire, ce qui explique la présence des strapontins, sièges repliables, sur lesquels nous nous assoyons. Ce qui est le sanctuaire était aussi une scène au dessus de laquelle il y avait les éclairages, les poulis pour les rideaux de scène, l’écran pour les projections

Suivront d’autres figures du monde culturel, telles la sagouine, Monique Leyrac, Édith Butler, John Littleton, Gilles Vigneault, Jean Lapointe, pour ne nommer que ceux-là.

 

 

Panorama Theme by Themocracy